Charte montérégienne des coopératives de santé

En 2010, la CDR de la Montérégie a lancé la Charte montérégienne pour le développement des coopératives de santé et des services sociaux. Cette dernière encadre, inspire, oriente et bonifie le développement de ce type de coopératives, de façon à ce qu’elles deviennent crédibles dans le milieu.

Vous avez des questions sur les coopératives de santé, leur fonctionnement et leurs avantages ? Contactez notre conseillère en développement coopératif Hélène Turcotte, qui oeuvre activement auprès des coopératives de santé montérégiennes.

La déclaration

Les signataires de cette Charte reconnaissent :

QUE les valeurs coopératives sont axées sur la prise en charge et la responsabilité personnelles et mutuelles, la démocratie, l’égalité, l’équité et la solidarité;

QUE la création des coopératives qui œuvrent dans le domaine de la santé est une démarche proactive de prise en charge en vue d’offrir des services de proximité aux citoyens;

QUE les sommes investies par la communauté doivent servir à la gestion d’une entreprise collective pour promouvoir, maintenir et améliorer l’état de santé et les conditions de vie des communautés tout en impliquant ses membres à l’organisation des services sur une base décisionnelle.

Les principes de la Charte

Afin de faciliter l’émergence d’une vision commune du développement coopératif dans le domaine de la santé tout en respectant les éléments énoncés dans le cadre du Forum, les principes qui ont fait consensus et qui sous-tendent les actions des coopératives du domaine de la santé et des services sociaux en Montérégie sont les suivants :

1. La mise en place d’une coopérative est une réponse de prise en charge par rapport aux besoins du milieu qui s’appuie sur la solidarité, la mobilisation et la concertation citoyenne;

2. Les modes d’organisation choisis garantissent l’accès aux services pris en charge par l’État;

3. Les services offerts par la coopérative sont développés dans une logique de partenariat et d’ouverture par rapport à l’État et aux organismes existants ;

4. Les avantages coopératifs pour les membres se traduisent à la base par la mise en place d’activités de promotion, de prévention et d’éducation dans le domaine de la santé;

5. Dans une perspective de responsabilité envers les milieux, les coopératives du domaine de la santé doivent assurer leur pérennité en offrant des services diversifiés et complémentaires à ceux offerts par l’État en misant à la base sur une approche de prévention;

6. La coopérative constitue un modèle d’affaires qui implique un engagement financier reposant sur un risque partagé entre les membres, les professionnels de la santé et les partenaires locaux;

7. Face aux membres, les dirigeants de la coopérative sont imputables et redevables quant à la vitalité démocratique et financière de leur coopérative.

Les commentaires sont fermés.